1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Jacques 1v21-25 : Tout est dans l’application

Les jeunes, vous avez tous (presque) des smartphones ou rêvez d’en avoir un. Sur ces machines, on télécharge des tas d’applications, elles sont gratuites ou pas mais beaucoup ne servent pas à grand-chose ou prennent beaucoup trop de place. Mais il y a aussi des applications utiles. Certaines nous permettent de faire nos courses, de voir combien de calories nous perdons dans la journée, d’autres nous rappellent notre agenda. Mais elles ne feront pas les choses à notre place.

Dans la vie il a y a aussi des applications utiles, d’autres le sont moins et certaines sont nuisibles, dévoreuses et qui paralysent notre vie.

Nous croyons que la Bible est faite pour être mise en application. Et même plus, elle devient vraiment incroyable lorsqu’elle est crue et mise en pratique parce qu’elle est la Parole de Dieu… Nous parlons si souvent sur la Bible et nous en savons beaucoup (pour certains d’entre nous pour ne rien exagérer) mais avons-nous compris à quoi cela nous sert ? Est-ce seulement pour y plonger nos regards ou est-ce pour mettre en pratique ? Jacques, le frère de Jésus invitait ses auditeurs à mettre en pratique.

L’application : on en connait le besoin

A nos actes manqués

N’avez-vous jamais pris ce genre de résolution, un beau matin de janvier, celle de perdre du poids. Ça y est j’ai fini mangé tous mes chocolats, désormais je vais me préparer pour l’été prochain, je vais me mettre au sport.

Vous avez acheté votre magnifique équipement, bien voyant de préférence votre abonnement à la salle de gym du quartier et ça y est vous êtes prêt. Ou peut-être êtes-vous timide et préférez-vous faire votre sport chez vous, alors vous vous êtes rabattu sur un vélo d’appartement : Maintenant ça y est, ça va le faire dans deux mois à nouveau j’aurais le ventre plat

Deux mois plus tard, votre ventre est le même, le vélo est rangé dans un coin d’une chambre, l’abonnement à la salle de gym a expiré, le temps est passé, c’est à nouveau l’automne, et la déprime de la reprise du travail. C’est étonnant n’est-ce pas cette manière de procéder ? Parce que l’année prochaine, c’est sûr on recommencera. Mais que s’est-il passé ?

D’autres ne se sentiront pas concernés parce que le sport, il y a longtemps que ce n’est plus pour eux. Pourtant cela a du vous arriver aussi… Vous avez décidé de repeindre le mur de la salle de bain vous achetez votre pot de peinture dans un magasin de bricolage et puis vous le laissez dans le garage. Quand enfin vous vous décidez, le pot est sec. Ou peut-être avez-vous décidé que cette année vous alliez enfin planter quelques pieds de tomate mais le jour où vous vous décidez enfin, vous vous apercevez que les pieds ont séché dans le garage.

Ainsi va la vie, nous accumulons des équipements, nous étudions, nous achetons des livres et nous pensons qu’à leur lecture, tout changera, nous allons à des séminaires croyant que la simple participation va changer notre vie. Nous prenons de bonnes résolutions et, sur le coup de l’émotion nous décidons de tout changer mais voilà, nous ne le faisons pas. Et ainsi va la vie avec ses actes manqués. Le problème ne vient pas de savoir quel est notre besoin, en général nous en sommes conscients. Nous regardons souvent dans les miroirs pour regarder qui nous sommes. Mais c’est en mettant en pratique que notre vie commencera à changer.

Je sais mais je ne fais pas

Je sais qu’il me faut prier avec mes frères. J’ai le souvenir de l’avoir vécu un jour et que cela m’a fait énormément de bien mais je continue à ne pas le faire. Etonnant non ? Nous savons que nous devons pardonner, quand nous avons un problème avec telle personne de l’église ou de notre famille, mais nous ne le faisons pas. Je sais que cultiver de mauvais sentiments dans mon cœur me fait mal et me fait dire du mal des autres mais je continue à ne rien faire. Pourtant la Bible me dit que le Seigneur ne me pardonnera pas non plus si je ne pardonne mais visiblement j’ai encore le temps (Mt.6.15 ; Mt.18.35)… Je connais la mission que m’a donnée Jésus : aller et faire des disciples (Mt.28.19-20) mais j’en ai fait une affaire de spécialistes et moi je n’ai pas le don et le temps. Je me prive ainsi d’un bienfait parce que j’ai été sauvé pour accomplir les œuvres que le Seigneur a préparées d’avance (Eph.2.10 ; Rm.6.11-13)…

Je sais qu’en tant que chrétien j’ai le devoir d’aider les pauvres (Jc.1.27) et parfois j’ai envie de le faire. L’avoir fait un jour m’a fait énormément de bien. Mais dès qu’il s’en présente un devant chez moi, dès qu’il commence à prendre trop de place cela m’agace… Etonnant comme parfois nous pouvons être traversés par des sentiments contradictoires.

Chers amis, bien souvent, nous connaissons nos besoins et le moyen d’y répondre mais nous ne le mettons pas en pratique. Nous sommes souvent semblables à cet homme qui  (Jacques 1.23)  …se contente d’écouter la Parole sans y conformer ses actes.

Lui aussi  scrute la Loi parfaite qui donne la liberté mais il préfère s’en détourner. Il voit son besoin mais ne veut pas de la solution que lui donne la Parole. Ainsi, il préfère oublier ce qu’Il est et son besoin d’être changé. Tout est dans la mise en pratique. Ne pas mettre en application, c’est nier ses propres besoins. Quand on a des médicaments, on s’en sert ou alors on néglige sa santé n’est-ce pas ? Nier ses propres besoins c’est une forme de haine de soi. Mettre en pratique, c’est remédier à ses besoins. Mais si nous décidions de changer de stratégie. Et si nous décidions de mettre en pratique la Parole ? Nous ne sommes pas des marionnettes n’est-ce pas ? Nous n’avons pas besoin d’attendre que Dieu nous « mette à cœur ». La mise en pratique, c’est aussi une question de volonté.

L’application : une question de volonté ou de foi ?

Il y a des gens qui se disent croyants mais non pratiquants. C’est un peu comme arrêter la cigarette, je suis ancien fumeur non abstinent…. Ceux qui ont été fumeurs ou le sont encore savent de quoi je veux parler. On dit : le plus important, c’est la volonté, il faut le décider. Ça fonctionne bien… le premier jour… mais le deuxième ? Et puis pendant des années plus tard lorsque vient l’envie à l’heure du café ? Se lancer dans la mise en pratique c’est un peu comme combattre une addiction ou une maladie, il faut avoir confiance que le médicament peut réellement nous guérir. C’est choisir de sortir d’un esclavage mais pas tout seul. En scrutant la Loi parfaite qui donne la liberté. Le2ème homme de notre texte y demeure fidèlement attaché, c’est-à-dire loyal, persévérant, je dirais même obstiné, absolument convaincu que cette Parole a le pouvoir de le sauver. v25 : il lui demeure fidèlement attaché et, au lieu de l’oublier après l’avoir entendue, il y conforme ses actes. Il la met en pratique. Avoir la volonté c’est bien mais le chrétien parvenu à l’état d’adulte n’a plus de doute sur le remède. C’est la Parole de Dieu qui libère. Nous parlons donc de foi c’est-à-dire de confiance que la Bible est bien parfaite (donc sans erreur dans ce qu’elle exige de mon comportement) et qu’à ce titre, je peux avoir confiance en elle (qu’elle ait été écrite par Pierre, Paul ou Jacques). Comment faire confiance en un bouquin qui serait truffé d’erreurs ? Certains diront que ce n’est pas si simple car dans la Bible il y a des passages difficiles. Mais comme disait un savant : Dans la Bible ce ne sont pas les passages que je ne comprends pas qui me posent problème mais bel et bien ceux que je comprends.

Si je me détourne ce cette Parole dès qu’elle me dérange ou dérange mon confort, alors je (v23)  …ressemble à un homme qui, en s’observant dans un miroir, découvre son vrai visage : (v24) après s’être ainsi observé, il s’en va et oublie ce qu’il est. Mais ce n’est pas ainsi que fonctionne un chrétien mature. Il scrute la Loi, y trouve son plaisir et la met en œuvre. Au contraire, il est persuadé que (Psaume 139.105) (La) parole (de Dieu) est une lampe à mes pieds Et une lumière sur mon sentier.

Tout est dans l’application c’est une question de foi dans la Parole de vérité.

L’application : c’est ce qu’il y a de mieux pour nous

C’est quand nous commençons à mettre en application que les choses commencent à changer. Si Dieu nous le demande, c’est parce que nous sommes ses enfants et il a toute légitimité pour nous demander de revenir à la mise en pratique de Sa Parole. C’est pour notre bien et c’est mon troisième point : La mise en pratique, c’est ce qu’il y a de meilleur pour nous.

Les enfants ont besoin qu’on leur dise fais ceci fais cela, mais les adultes, par expérience ont bien compris que les règles ne sont pas là pour priver de liberté. Le chrétien mature a éprouvé la vérité suivante dans sa vie : la mise en pratique de la Parole donne la liberté.

L’application libère

Et la Loi de Dieu donne la liberté pour deux raisons :

  • Parce qu’elle donne un cadre pour vivre ensemble

Tout d’abord parce qu’elle donne un cadre, un espace pour l’exercice de cette liberté. Chacun connaît le dicton : La liberté des uns commence là où se termine celle des autres. Il n’y a pas de liberté sans règles et il faut que ces règles soient les mêmes pour tous. Si vous ne donnez pas de règles de vie en communauté, la mort est dans la soupe, le ver est dans le fruit. Ceux qui élèvent des enfants ne me contrediront pas. Sans règles c’est vite le chaos et pour les enfants de Dieu, il en est de même.

  • Parce qu’elle prévient nos mauvaises décisions

Mais cette Parole donne aussi la liberté pour une deuxième raison. Dieu nous y donne des conseils pour faire de bons choix pour que notre sentier soit éclairé et que les lendemains ne déchantent pas. Qui connaît tous ses faux pas et les conséquences de ses décisions ? Dans le labyrinthe de nos choix, qui auront des conséquences pour toute notre vie, ceux dont la route est éclairée par la Parole de Dieu feront les bons. Ils n’auront pas à vivre dans la prison des conséquences de leurs décisions. L’application, c’est croire que la Bible est de bon conseil : Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs, 2  Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit ! 3  Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit (Psaume 1.1 ).

Si je choisis d’y prendre plaisir et de mettre en pratique, alors je serais heureux dans tout ce que je fais. La maturité spirituelle, c’est accepter d’être heureux selon les critères de Dieu.

L’application rend heureux

Et c’est la conclusion de notre passage. v25 : Voici, au contraire, un homme qui scrute la loi parfaite qui donne la liberté, il lui demeure fidèlement attaché et, au lieu de l’oublier après l’avoir entendue, il y conforme ses actes : cet homme sera heureux dans tout ce qu’il fait.

On voit beaucoup de gens dans les églises qui ne sont pas heureux. Il y a des circonstances de vies qui peuvent parfois être difficiles pour lesquelles il est normal d’être triste. Mais je parle de personnes compulsivement, maladivement tristes (dont je faisais partie), aigries qui semblent être en proie à toutes sortes de difficultés tout le temps et sans jamais s’en sortir. Le moindre problème devient tout de suite une montagne. Des personnes qui ne donnent pas envie de devenir chrétien. Je ne veux pas prétendre avoir des explications à tout mais je pose une question. Est-ce que cela ne viendrait pas du manque de mise en pratique de la Parole de Dieu dans leur vie.

Le jeune homme riche

Il y avait un homme dans la Bible tiraillé par une question : que dois-je faire pour hériter du royaume de Dieu. Ce jeune homme alla voir Jésus qui lui répondit : Vends tout ce que tu possèdes, distribue le produit de la vente aux pauvres, et tu auras un trésor au ciel. Puis viens et suis-moi ! (Mt 19). Le jeune homme s’en alla tout triste car il était fort riche. Il n’a pas su mettre en application la Parole à cause de ses richesses. Ainsi nous allons, riches de temps à donner, riches de dons, riches de bien des trésors que nous gardons pour nous même alors que Dieu veut nous donner l’occasion de le servir en mettant en application Sa Parole.

Certains diront qu’ils n’ont pas d’argent, d’autres pas de temps, d’autres pas de dons. Si nous ne savons pas mettre en pratique la Parole de Dieu dans ces domaines avec le peu que nous avons aujourd’hui, nous ne saurons pas non plus le faire plus tard. C’est en mettant en pratique aujourd’hui avec le peu que le Seigneur nous donne en choisissant de donner la meilleure part que nous serons heureux dans tout ce que nous faisons.

100% des chrétiens qui ont vu leur vie changée ont commencé par mettre en pratique. Tout, même ce qu’il y a de mieux pour nous est dans l’application.

Conclusion

Finalement s’il y a une application à télécharger c’est reconnaître son besoin d’être changé en scrutant la Parole et y remédier en acceptant que cette Parole est digne de foi, pertinente pour aujourd’hui et qu’elle peut nous donner la liberté. Enfin qu’elle nous donne tout pour que nous soyons heureux dans tout ce que nous faisons. La maturité consiste à regarder le miroir et accueillir la vérité et la joie. L’amour de la vérité sauve.

David Loché

Pour approfondir le sujet :

Faites passer le message ...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

3 commentaires sur “Jacques 1v21-25 : Tout est dans l’application”

  1. jean bertrand yafou dit :

    le contenu m’a vraiment édifie

    1. eglise.agen dit :

      Merci pour votre commentaire. Nous prions que vous puissiez trouver dans l’application de la Parole de Dieu une source de bienfaits, dans cette vie et la vie éternelle. En Christ.

  2. Abram Seashore dit :

    good article,thanks.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *