1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Esaïe 54v7-10 : Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu

Avant de méditer ces 3-4 versets, je vous propose de voir dans quel contexte ils ont été écrits. Ils s’inscrivent dans une suite logique où l’intervention de Dieu va changer la relation entre Dieu et les hommes. Dans les chapitres précédents, on trouve des promesses pour Israël et Jérusalem, promesses de consolation, de restauration et de réhabilitation, mais aussi d’agrandissement.

Ce que Dieu va faire dépasse le simple rétablissement d’un peuple en tant que nation, en termes politiques. Car les promesses dont parle Esaïe ne sont plus seulement pour la collectivité que représentait Israël, mais il s’agit bien d’une réhabilitation destinée à chaque être humain devant Dieu.

Contexte d’Esaïe : Le sacrifice du Serviteur

Ainsi Esaïe parle dans son livre d’Israël en tant que lumière des nations, en tant qu’exemple des nations, de ce peuple s’élèvera celui qu’on appellera le Serviteur de l’Eternel. Et nous voilà au chapitre précédant le nôtre, ch 53, où il est expliqué le but du sacrifice du Serviteur : porter la faute de tous, recevoir le châtiment qui était destiné aux hommes, intercéder pour les humains et les justifier devant Dieu.

La progression est claire dans ces chapitres. Au ch 54, c’est la paix qui est promise une paix basée sur l’amour de Dieu; Et enfin le ch 55 est un vibrant appel d’évangélisation avant l’heure : « Que celui qui a soif vienne et reçoive de l’eau ! Tendez l’oreille et venez à moi… Ecoutez et votre âme vivra… »

Le péché rendait la loi impossible à suivre pour le peuple de Dieu. Dieu a donc décidé d’intervenir plus directement. C’est ce que ces chapitres nous rappellent. Ch 53, Dieu indique par qui il va intervenir : son Serviteur. Ch 55, Dieu indique pour qui il intervient : pour tous, même ceux qui n’y auraient pas droit. Avis à ceux qui voudraient garder le salut rien que pour eux ! Ch 54, Dieu indique pourquoi il fait cela et c’est que nous allons voir d’un peu plus près.

Esaïe 54v7-10

7 Pour un petit moment, je t’ai abandonnée, mais avec beaucoup de tendresse je vais te rassembler. 8 Dans le déchaînement de mon indignation, je t’ai caché ma face pour un petit instant, mais dans mon amour éternel, j’ai de la tendresse pour toi. C’est là ce que déclare ton libérateur, l’Éternel. 9 « Car il en est pour moi comme au temps de Noé.
J’avais juré alors que les eaux du déluge ne submergeraient plus la terre.
De même, je fais le serment de ne plus m’irriter à ton encontre, et de ne plus t’adresser de reproches. 10 Même si les montagnes se mettaient à bouger, même si les collines venaient à chanceler, mon amour envers toi ne bougera jamais ; mon alliance de paix ne chancellera pas, » déclare l’Éternel, rempli de tendresse pour toi.

v7 : « Un court instant je t’avais abandonné… »

Israël, l’élue de Dieu, a au cours de son histoire rompu l’alliance avec Dieu. Ceci a conduit Dieu a l’abandonnée un instant, dit-il. Le peuple s’en est vite rendu compte… Comme le dit le même verset « … avec grande compassion, je te recueillerai… »

Dieu déborde d’amour et de compassion pour son peuple et ceux avec qui il fait alliance. Ce texte, isolé de son contexte, donnerait envie de faire partie du peuple de Dieu, l’Israël ancien. Mais, en raison de son contexte, cette prophétie va bien au-delà de l’Israël ancien. Elle nous concerne, nous chrétiens d’origine païenne, nous Eglise d’aujourd’hui.

v8 « Ton rédempteur, l’Eternel. »

Le v8 termine en nommant celui qui parle « Ton rédempteur, l’Eternel ». Le rédempteur est celui qui rachète, non pour s’approprier de la chose rachetée, mais pour lui rendre sa liberté et sa dignité. Il n’y a que les esclavagistes qui achètent pour asservir. Un rédempteur, en revanche c’est quelqu’un que rachète de l’esclavage pour rendre libre.

Esaïe prophétise 8 siècles avant Jésus-Christ. Nous sommes en présence et au cœur des prophéties dites messianiques de l’Ancien Testament, c’est-à-dire celles qui parlent de la venue et de l’œuvre du Messie de Dieu. Jésus est venu il y a 2OOO ans. Peut-être que tout cela nous parait lointain, mais cela ne change rien quant au contenu et la portée !

v9 « Comme au temps de Noé … »

La réhabilitation devant Dieu basée sur la paix et l’amour de Dieu, voilà le grand but du rédempteur. Dieu s’y engage solennellement par son alliance. Vs 9 : « Comme aux jours de Noé… » A l’époque Dieu avait promis de plus jamais détruire la terre par un déluge. Comme l’alliance avec Noé dépassait le cadre de la famille de Noé, parce que c’est avec la terre entière que Dieu a fait alliance, de la même manière, l’alliance que Dieu propose à Israël va dépasser ce peuple en Jésus-Christ et sera ouverte à toutes les nations. Israël peut accepter cette alliance nouvelle en Jésus-Christ, mais elle n’est plus exclusivement réservée à Israël. Le ch 55 est donné à ceux et celles qui doutent, il a une portée universelle montrant que quand Dieu donne, il donne pleinement et totalement, il se donne en Jésus-Christ.

Vs 1O : « Quand les montagnes s’ébranleraient… »

Les montagnes représentaient non seulement les éléments les plus anciens de la création, mais encore les plus solides. La référence à ces éléments-là est ainsi faite et donnée pour rassurer. Dieu aime, il aime beaucoup et plus encore, il aime même au-delà de ce qu’on peut imaginer. Jean dans sa première épître l’écrit : Dieu est amour. C’est dans son essence même. Et c’est une grâce pour nous. Tout comme le peuple nous sommes invités à saisir cet amour.

Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu

Dans l’épître aux Romains, ch 8, nous trouvons un écho à cette affirmation de Dieu dans Esaïe : rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu. Le thème de l’amour de Dieu n’est pas nouveau pour nous, nous connaissons ces textes. Cependant la question n’est pas seulement de les connaître, mais de s’en saisir et d’en vivre. Quand tout semble aller mal, même ce qui nous semblait le plus solide et le plus sûr…

Nous avons tous nos références en ce qui concerne la solidité, pour l’un ce sera son couple ou sa famille, pour l’autre ce sera son travail, sa profession, pour un autre son engagement dans telle cause qui lui semblait noble, pour un autre encore sa santé, sa maison, ses loisirs… et tout à coup ces points de référence se mettent à chanceler… Ne pensons pas que ces exemples sont un peu naïfs… ils sont autant de montagnes et de collines que nous pouvons croire sûrs et qui, soudainement, se mettent à chanceler, s’ébranlent… Que devenons-nous alors ? A quoi nous accrochons-nous ? Que faisons-nous de la bienveillance et de l’amour de Dieu ? Que faisons-nous de l’alliance de paix ?

Il nous appartient de nous examiner pour savoir ce qui fait le centre de notre vie, qu’est-ce qui est le moteur de notre vie, en quoi ou en qui nous mettons nos espoirs…

Israël nous est donné en exemple

Israël n’a pas écarté totalement Dieu de sa vie, non, il l’a simplement mis à côté d’autres dieux, des idoles, des faux-dieux. Ce qui lui permettait d’avoir comme d’autres peuples de son époque, un dieu pour chaque chose : fertilité, bonheur, guerre, paix…

En cela nous lui ressemblons plus que nous le croyons. Nous aussi nous segmentons et fractionnons notre vie en différents aspects, nous séparons notre réalité en différentes parties pensant qu’on ne peut pas, qu’il ne faut pas mélanger… travail, loisirs, famille, argent, Eglise, études, Dieu, engagements divers… En classant et en séparant, en compartimentant et en catégorisant, nous empêchons, voire nous refusons, les liens qui existent de fait entre ces différentes parties de notre réalité.

Notre vie est un tout et ce n’est peut-être pas pour rien que le stress, nouvelle maladie de l’être humain moderne, est en continuelle progression. Pourquoi ? Parce qu’on se préoccupe d’un seul compartiment sans tenir particulièrement compte du reste de la réalité de notre vie. Et finalement on court d’un compartiment à l’autre jusqu’à épuisement de notre personne soit physiquement, soit moralement. Et lorsqu’un de ces compartiments chancelle, nous nous retrouvons très vite déstabilisés, notre vie s’en trouve bouleversée. Que dit-on alors ? « Je n’ai plus de temps pour moi ! Il faut aussi que je m’occupe un peu de moi ! » Et du coup on rajoute un compartiment !

Remettons nos vies entières à Dieu

Dieu ne nous voit certainement pas comme un grand casier avec plein de compartiments ! Et surtout, Dieu n’entre pas dans l’un de nos compartiments tel que nous voudrions lui en assigner un. Dieu nous voit entièrement, il nous aime entièrement et il nous invite à le suivre entièrement. Ceci ne peut passer par des petits ou grands compartiments, mais par un renouvellement de notre vision sur notre propre vie.

La promesse de Dieu est certaine : « Quand les montagnes chancelleraient, quand les collines s’ébranleraient, mon amour pour toi et mon alliance de paix ne s’arrêtera pas… » C’est à partir du regard de Dieu et de son engagement pour nous qu’il nous faut apprendre à regarder la réalité de notre vie dans toutes ses dimensions. Bien sûr que nous avons différentes dimensions dans notre réalité, mais nous sommes une seule personne aimée de Dieu et il nous appartient de vivre notre réalité dans l’optique de Dieu.

Confessons notre manque de confiance en Dieu, notre manque de fidélité à Dieu et remettons-lui réellement notre vie. Nous constaterons avec joie et reconnaissance que même si les montagnes venaient à chanceler, l’amour de Dieu pour nous ne chancelle pas, ni son alliance de paix.

Un dernier mot au sujet de l’alliance

Une alliance est effective lorsque les deux parties s’engagent. Dieu nous accorde sa paix, mais celle-ci ne sera effective en nous que si nous l’acceptons ! En même temps, Dieu est prêt à nous aider à l’accepter parce qu’il sait que nous en avons besoin.

Pourquoi fait-il cela pour nous ? Pourquoi a-t-il tant de patience et de persévérance avec nous nous ? Réponse fin du vs 1O : Parce qu’il a compassion de nous. La compassion, c’est le même mot que miséricorde, en hébreu cela signifie « Avoir un cœur qui brûle pour l’autre. »

Alors reprenons courage en nous rappelant que Dieu a un cœur qui brûle d’amour pour chacun de nous ! Amen.

Prédication d’Etienne Rudolph le 26/09/2004, mis en ligne en 2019.

Faites passer le message ...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Un commentaire sur “Esaïe 54v7-10 : Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu”

  1. Peniel Midiba dit :

    Très bon enseignement bien compréhensible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *