1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

À Noël, la grâce de Dieu a été révélée…

A Noel, Dieu s'est fait homme en Jésus

En cette période de Noël, je me suis posé la question : “Comment les premiers chrétiens ont-ils fêté Noël ? Célébraient-ils même la naissance de Jésus ?” 

Prenant ma Bible et recherchant dans le Nouveau Testament, étonnamment on y trouve rien. Ni dans les lettres de Paul, ni dans celles de Pierre, de Jacques, de Jean, de Jude. Alors je me suis penché sur l’histoire. Il semble que la fête de Noël soit intervenue autour du IVe siècle par l’église de Rome. Officiellement le 25 décembre est choisie au V-VIe siècle sous Justinien et semble remplacer une fête païenne. Le mot Noël n’apparaît dans la langue française qu’au XIVe siècle.

En fait, lorsqu’on observe dans le passé, les premiers disciples ne saucissonnaient pas la vie de Jésus en plusieurs étapes comme nous le faisons aujourd’hui : la naissance, la jeunesse, le ministère, la mort, la résurrection ou  l’ascension. Les premiers disciples considéraient cela comme un ensemble, un tout, qu’ils appelaient “épiphanie : la révélation de Jésus-Christ”. L’apparition, la manifestation, l’avènement ou la venue., voilà les mots qui décrivaient cet ensemble caractérisant toute la vie de Jésus.

Paul dira dans 2 Tim 1.9-10 “la grâce de Dieu a maintenant été révélée par la venue de notre Sauveur Jésus-Christ ». La venue, l’apparition, l’epiphaneia (en grec) de Jésus notre Sauveur. Dans l’épître de Paul à Tite, nous avons une autre description de l’évangile. Tite 2.11-14 : “La grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes a été révélée (s’est manifestée) et cette grâce nous enseigne à renoncer à un mode de vie impie et aux convoitises de ce monde et à vivre dans le temps présent  conformément à la sagesse, la justice et la piété  en attendant notre bienheureuse espérance, la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Il s’est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toute faute et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié et zélé pour de belles œuvres.”

Voici Noël, c’est l’apparition de la grâce de Dieu. Mais en réalité toute sa vie, Jésus est l’éclosion de la grâce de Dieu. Une grâce qui apparaît oui à Joseph et Marie dans une crèche, aux bergers qui s’approchent au milieu de la nuit, aux sages, les mages de l’orient qui viennent l’adorer, mais aussi tout au long de sa vie, aux malades qui sont guéris, aux morts ressuscités, au brigand pardonné sur la croix et aux disciples qui sont relevés. Et cette grâce, encore aujourd’hui à Noël, se rappelle et apparaît pour chacun d’entre nous ! 

Noël : la manifestation de la grâce de Dieu dans le monde !

Mais que signifie ce mot grâce ? C’est une faveur imméritée; la bonté miséricordieuse avec laquelle Dieu tourne des âmes pécheresse vers le Christ. Mais aussi qui les garde, les fortifie, les soutient dans leur foi chrétienne, et qui – en même temps – transforme leurs vies pour qu’elles présentent et dévoilent des vertus chrétiennes. 

C’est bien cela qu’affirment ces versets de Tite. Oui, cette grâce de Dieu est source de salut pour tous les hommes : Dieu vient sur la terre, offrir son salut à tous. C’est une grâce qui se donne, une grâce qui s’offre à tous en vue du salut. Mais non seulement, pour le salut, c’est aussi une grâce qui nous éduque, nous enseigne nous dit le texte. Ainsi la grâce nous enseigne deux choses

  1. “à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde”. C’est-à-dire, renoncer à tout ce qui est opposé à Dieu, à tout ce qui refuse d’honorer ou de révérer Dieu. De renoncer, de se priver et de renier les désirs et les passions de ce monde. Voilà le premier enseignement de la grâce : Nous nous sommes plus du monde, nous appartenons à Jésus-Christ !
  2. “vivre une nouveauté de vie”. C’est-à-dire vivre dans le temps présent, “conformément à la sagesse, la justice et la piété”. Ici il s’agit d’un guide de vie pratique. Lorsque nous appartenons à Christ, nous vivons dans la sobriété, la tempérance, la modération; nous vivons de manière juste, droite et conforme à la loi de Dieu; et nous vivons une vie de piété, qui est pratique de l’adoration de Dieu.

La vie du chrétien, celui qui a reçu le Christ, est une vie changée au contact de la grâce de Dieu manifestée en Jésus-Christ.

Revenons à notre texte. Remarquez qu’il y a ici deux épiphanies. La première “la révélation de la grâce de Dieu”; la seconde “la bienheureuse espérance de la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ”. La première est passée : c’était le ministère de Jésus sur cette terre, pendant 33 ans. La seconde est prophétique, à venir et encore future. C’est l’espérance du retour en gloire du Sauveur. 

Et toute la période qui sépare ces deux manifestations, c’est ce que nous appelons le temps de la grâce, le temps de la patience de Dieu. Un temps pendant lequel l’évangile, la bonne nouvelle est annoncée. C’est ce que l’apôtre Paul déclare au v14 “Jésus s’est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toute faute et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié et zélé pour de belles œuvres.” 

Jésus s’est donné; il est mort à la croix pour payer le prix de notre péché. C’est ainsi qui peut nous purifier, nous racheter de toute fautes, et en même temps s’acquérir un peuple, une communauté, une assemblée de personnes consacrées à lui qui manifestent leur foi par de belles œuvres; des œuvres qu’il a préparé d’avance pour chacun d’entre nous. Noël c’est l’incarnation de Dieu dans un petit enfant, mais c’est aussi le message d’une incarnation de Dieu en chacun de nous. Il veut vivre en nous, nous purifier et nous préparer pour de belles œuvres. 

Alors ce salut qui se manifeste à Noël ce sont, au cours du temps, des millions de coeurs metamorphosés, des millions de vies transformées, des millions d’allégiances nouvelles à Jésus et des millions de libérations de l’esclavage du péché. Mais ce sont aussi des millions de personnes qui attendent avec espérance la manifestation future, en gloire, de Jésus, le Sauveur. Il revient et viendra alors pour juger le monde.

Alors Noël, ce n’est pas qu’une crèche, une fête, des cadeaux, un repas de famille; c’est la venue humble du Sauveur dans ce monde. Venu apporter le salut à ceux qui croient. Venu aussi prendre nos vies telles qu’elles sont, nous pardonner, nous relever nous affermir, nous transformer, afin de vivre pour lui, et de vivre des vies qui le glorifient. 

Voilà le vrai sens de Noël. Qu’en ferons-nous ?

Philippe GOOLD

Pour terminer, je vous propose d’écoute ce chant qui rappelle la grâce infinie de Dieu, qui nous trouve, nous restaure, et qui nous pousse à le servir afin que tous voient Sa vie en nous !

Bénédiction tirée de 1 Thessaloniciens 5.23 : Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même en toute manière : afin que tout ce qui est en vous, l’esprit, l’âme et le corps, se conservent sans tache pour l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ.

Faites passer le message ...Share on twitter
Twitter
Share on facebook
Facebook
Share on google
Google
Share on email
Email
Share on pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *