1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Actes 12 : Les différentes manières d’agir de Dieu

Oui, Dieu agit et intervient ! Comme le soleil au dessus des nuages, il est présent!

Nous ne comprenons pas toujours la manière dont Dieu agit ; et la tendance alors est de réduire l’action de Dieu à un seul schéma (celui que j’ai et le plus souvent celui qui m’intéresse). Le passage des Actes des apôtres chapitre 12 est révélateur de cette tension entre la foi dans l’intervention du Seigneur et l’acceptation des épreuves qui peuvent perdurer, sans que Dieu semble agir miraculeusement. Au moins 150 millions de chrétiens actuellement dans le monde vivent cette difficulté. Après nous être arrêtés sur cette question à travers ce qui est arrivé à Jacques et Pierre, cela nous amènera à réfléchir sur la liberté. Oui, Dieu veut prouver qu’il agit ; mais pas toujours comme nous l’attendons…

1) Dieu intervient de différentes manières

. Nous sommes en 43-44 ap. JC ; l’Eglise connaît une période plus difficile : la famine touchait aussi les chrétiens. Mais c’est là que se manifeste l’entraide entre chrétiens : « Les disciples d’Antioche décidèrent de donner chacun selon ses moyens et d’envoyer des secours aux frères qui habitaient la Judée » (Actes 11v29). C’est ce que, timidement, nous essayons de faire de différentes manières, à travers le parrainage de Sheila, de l’offrande que nous enverrons à Connexio, ou de l’aide à d’autres Eglises, proches ou lointaines. C’est ce que fait Portes Ouvertes auprès de beaucoup de chrétiens persécutés : leur aide est aussi d’ordre matériel (reconstruction de maisons, des lieux de culte brûlés, aide pour retrouver un travail alors qu’on leur a tout détruit, etc…). C’est le cas en particulier aujourd’hui au Pakistan et en Egypte ; ou encore en Inde avec la loi anti-blasphème où beaucoup de chrétiens sont accusés injustement.

. Et puis, au même moment, Hérode Agrippa s’était mis à maltraiter les chrétiens de Jérusalem. Et là, le Seigneur semble absent… Jacques, le frère de Jean, est arrêté par Hérode,… et tué. Il devient le 1° apôtre martyr. Rien n’indique qu’il était moins bon que les autres, qu’il avait commis des fautes. Mystère de la « non-intervention » de Dieu. On devine le désarroi des chrétiens. Au-delà des questions que l’on peut se poser, le chrétien connaît des certitudes ; telle celle-ci :

« La mort n’est, pour un enfant de Dieu, que l’ordre qui le délivre de la prison et l’introduit dans la maison du Roi »

Samuel Porchère

Ce qui est assimilé par certains à une pure illusion et à une fuite, est, pour celui qui vit avec Dieu, une espérance profonde.

Ces derniers temps encore, des chrétiens ont été tué : le 27 septembre, 2 prêtres étaient massacrés en Colombie. Dans un pays d’Afrique, début octobre, le pasteur Charles Mathole était en train d’écrire une méditation quand il a été abattu d’une balle dans la tête ; dans le même pays, le pasteur Ibrahim Kithaka vient d’être lui aussi tué. Bien d’autres chrétiens ont subi le même sort.

Pour les chrétiens de Jérusalem, la persécution continue

Au tour de l’apôtre Pierre d’être arrêté ! Son jugement – avec la condamnation qui suivra, comme pour Jacques – est prévu. Hérode ne voulait en aucun cas que ce pilier de l’Eglise lui échappe ; 16 soldats vont le garder, jour et nuit.

En Corée du Nord (pays où règne la plus forte persécution au monde), rien que dans une prison, la prison 15, 6000 chrétiens y seraient détenus (d’après les dires de transfuges) ; en Erythrée, 30 chrétiens ont été arrêtés (dont une femme de 85 ans) et sont détenus à Asmara. Il n’y a jamais eu autant de persécution dans ce pays.

Les chrétiens prient…

Mais, comme lors de la famine (Actes 11), les chrétiens se serrent les coudes et prient. Ils connaissent la puissance de Dieu et à travers la prière, lui font confiance. Mais… Dieu ne répond pas et le jugement aura lieu demain. Malgré cela, ils persévèrent dans la prière ; ils prient… sans y croire. Le doute a envahi chacun. Et quand on n’est pas prêt à croire vraiment dans l’intervention de Dieu, peut-il y avoir exaucement… ?

Quand nous prions pour les chrétiens persécutés, même nominalement, il nous semble qu’ils sont tellement éloignés que nous nous demandons quel peut être l’impact de notre prière… Alors, est-ce important de prier encore…?

Mais la réponse de Dieu n’est pas liée au degré de foi de ceux qui s’attendent à lui mais à son plan et au regard tourné vers lui (même imparfait).

Dieu répond, Dieu agit, Dieu intervient!

Et comme souvent, Dieu répond au dernier moment. Et il délivre Pierre, quelques heures avant son exécution. Dieu est capable d’ouvrir les portes les plus fermées, de réduire à néant les forces de 16 soldats et des sentinelles. Et quand Pierre arrive à la maison où les chrétiens prient pour lui, la servante s’écrie : « C’est Pierre ! » « Chut… on prie… » « Mais c’est Pierre ! » « Calme-toi, on prie ! ».

Mais suite à ce miracle, l’apôtre Pierre repart (Actes 12v17) et on n’entend presque plus parler de lui : il semble qu’il ait passé le relais à Jacques, le demi-frère de Jésus, qui par la suite est devenu un des responsables de l’Eglise de Jérusalem.

Le plan de Dieu dépasse la compréhension et le raisonnement humain

Jacques (le frère de Jean) aurait certainement été utile mais il a été tué par les ennemis des chrétiens ; tandis que Pierre (qui ensuite disparaît) est délivré de la mort. Et pourtant, c’est bien Dieu qui est intervenu pour Pierre.

Hye et sa famille avaient été internés dans un camp de travail en Corée du Nord pendant 10 ans ; ils y avaient été sous-nourris, battus, humiliés. Quelqu’un vient lui parler d’un pasteur qui l’aiderait à passer en Chine ; elle s’évade et traverse, sans être arrêtée, le fleuve à la nage où ce pasteur l’attendait. Après un séjour en Chine, elle obtient le statut de réfugié en Corée du Sud. Et là, elle rejoint sa mère qui a pu rejoindre ce pays. Le grand père et le père sont morts mais le reste de la famille se retrouve ensemble dans un pays libre. En Iran, les chrétiens ne semblent pas être un danger pour le pays mais 300 chrétiens ont été arrêtés en 3 ans. Il faut dire que le gouvernement iranien estimerait à 1 million les musulmans qui seraient devenus chrétiens en… une année. Mostafa Bordbar vient d’être relâché dimanche dernier ; il avait été arrêté il y a un an pendant leur fête de Noël et il allait passer 10 ans en prison.

Le mystère demeure face aux épreuves ; mais nous pouvons être assurés de l’intervention de Dieu. Et ce malgré une foi qui n’est pas ce qu’elle devrait être et malgré le résultat différent de ce que nous attendons quelques fois.

Il n’y a plus de place pour le seul vrai Dieu dans la société…

. Le récit du livre des Actes continue en parlant d’Hérode qui a régné sur la Judée et la Samarie ; il a persécuté l’Eglise, tué Jacques, arrêté Pierre : il semble être le maître incontesté. La raison de tous ces actes ? « Il s’aperçut que cela plaisait au peuple » (comme d’autres hommes politiques, les sondages déterminent les actions) ; ses actes font sa popularité. On le considère du reste plus qu’un roi ; et la foule crie : « Ce n’est plus un homme qui parle, c’est la voix d’un dieu ! » Le peuple a trouvé sa nouvelle idole ! Un tyran promu au statut de dieu. Le peuple est aveuglé. Il n’y a plus de place pour le seul vrai Dieu. Dieu est exclu. Où est Dieu dans la société, en plus qu’on ne le voit pas agir (ou si peu en apparence) en faveur des chrétiens… ?

Mais voilà que c’est à ce moment-là que Dieu intervient

Il fait mourir Hérode ; au faîte de sa gloire. Le persécuteur est lui-même jugé, et celui qui est considéré comme un dieu est terrassé… par des vers.

  • Le tyran de la Corée du Nord, Kim Jong Un, tout comme son père, est considéré comme un dieu qu’on adore, à qui l’on donne tout, qui a tout pouvoir sur ses sujets. Le père est mort ; mais le fils semble aussi sanguinaire que lui.
  • Le nouveau président de l’Iran est plus ouvert et coopératif que son prédécesseur ; il semble que ce n’est qu’une façade et les chrétiens ne se font pas d’illusion. D’autres exemples sont nombreux sur les différents continents.

Il est vrai que les évènements dont parle Jésus (Matthieu 24v4-14) se sont réalisés en quelques années jusqu’à la destruction de Jérusalem en 70 ; mais aujourd’hui plus que jamais ces prédictions de Jésus font penser à ce jour qui sera alors la fin des souffrances terribles que des centaines de millions de chrétiens connaissent en ce moment.

Ils aspirent à vivre cette délivrance qui sera lors du retour de Jésus. Mais nous, nous sommes anesthésiés dans notre bien-être matérialiste : « C’est quoi, le retour de Jésus… ? De quoi devrais-je être délivré… ? »

2) La liberté… en prison

Avant d’être libéré de la prison, Pierre dans son attitude révèle une autre liberté. Il est enchaîné, ses mains sont liées, mais pourtant il manifeste une grande liberté intérieure : il est entre 2 soldats, et il dort. Prisonnier au milieu des soldats libres, il est libre intérieurement.

Bernard Palissy, illustre d’Agen, avait été jeté en prison à cause de sa foi. Le roi Henri III, qui l’appréciait, est venu en personne dans sa cellule pour lui demander d’abjurer ses convictions protestantes et il ajouta : « Si vous ne le faites pas, je me verrai forcé de vous laisser condamner à mort ». « Sire, est-ce le roi de France que j’entends dire : ‘Je suis forcé’ ? Je ne suis qu’un pauvre potier, mais aucune puissance ne peut me forcer à agir contre ma conscience. Sire, lequel de nous deux est libre ? »

Quand Paul et Silas sont en prison à cause de leur témoignage et qu’ils chantent et prient (Actes 16), ce n’est pas le gardien de la prison qui est le plus libre. Quand aujourd’hui encore, des chrétiens sont emprisonnés, humiliés et condamnés injustement, ils manifestent souvent une liberté intérieure qui parle de la présence de Dieu dans leur vie. Il ne s’agit surtout pas de minimiser les douleurs physiques, morales et spirituelles que des millions de chrétiens connaissent en ce moment ; mais la certitude de la présence de Dieu change pour eux l’accablement en confiance, la peur en paix, le désespoir en espérance. Psaume 142v1-4, 6-8.

3) Libéré pour servir

Quand Pierre est libéré de ses chaînes, l’ange ajoute : « Suis-moi ». La liberté chrétienne ne conduit pas à l’indépendance. Nous sommes sauvés pour servir, libérés pour vivre pour Dieu. Ce but me fait penser aux sportifs non-voyants qui participent aux Jeux Paralympiques : ils sont associés à un guide qui court à leur côté ; une cordelette les relie, c’est le lien de la liberté ; elle n’est pas passée comme une menotte mais tenue volontairement ; elle inspire la confiance : le sportif non-voyant sait que celui qui le conduit le mène dans la bonne direction, il sait qu’il peut pleinement compter sur son guide qui fera tout pour qu’il aille jusqu’au bout de lui-même. Cette cordelette rend possible l’impossible, elle apporte la liberté, elle fait passer le regard de celui qui voit à celui qui reconnaît ne pas voir.

« Suis-moi » : c’est l’ordre du Seigneur ; il est ce lien qui permet d’aller jusqu’au but, il est ce lien de la liberté.

Dans le livre « Les liens de la liberté », il y a une méditation de Mehdi Dibaj ; 6 mois après sa libération, ce chrétien iranien était assassiné. Voici ce qu’il écrivait : « Le Père éternel est notre refuge. Ses bras immortels sont notre soutien. Quelle que puisse être notre situation, il est toujours notre refuge. Pendant les 9 dernières années que j’ai passé en prison à cause de mon amour pour lui, j’ai eu la joie de faire sans cesse l’expérience de ses bras puissants qui m’ont soutenu. Plus je lui rends visite là-haut, plus je ferai l’expérience de son secours ici-bas. Les murs de la prison peuvent être noirs, son amour intarissable pour moi ne changera pas et mon amour pour lui devient plus fort chaque jour ». La vraie liberté est dans l’union avec Jésus-Christ.

Message prêché en novembre 2013 par Jean-Ruben Otge

Pour approfondir le sujet :

Faites passer le message ...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *