1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Actes 20v16-39 : À Milet, discours d’adieu de Paul aux anciens d’Éphèse

Discours d'adieu de Paul à Milet

Ce texte est fort, émouvant,  important. Il s’agit de ce qu’on appelle parfois le troisième grand discours de l’apôtre Paul. Après la prédication aux juifs à Antioche, après celle aux grecs à Athènes, Paul s’adresse maintenant aux anciens d’ Ephèse et au travers d’eux aux chrétiens de tous les siècles. C’est la seule prédication de Paul dans le livre des Actes qui s’adresse uniquement aux chrétiens. Il y avait aussi Luc qui l’accompagnait et qui a écrit ce texte qui nous est parvenu.

Paul dresse d’abord une sorte de rétrospective de son ministère et quelques recommandations salutaires. Rappelons qu’il a passé trois ans à Ephèse et que là il se rend à Jérusalem après avoir fait un voyage de consolidation des églises. Je vous propose de reprendre quelques points qui nous interpellent dans les instructions que donne l’apôtre Paul à partir du verset 28.

Lisons dans le livre des Actes, chapitre 20v16-39

Continuer la lecture…

1 Corinthiens 12 : L’église est le corps du Christ

l'église le corps du christ

« Que la paix instaurée par le Christ gouverne vos décisions. Car c’est à cette paix que Dieu vous a appelés pour former un seul corps. Et soyez reconnaissants » (Colossiens 3v15). Etre reconnaissant pour l’Eglise ? C’est déjà une prise de conscience importance. Et pour tous les membres de ce corps…? Il est constitué de membres différents ; certains paraissent essentiels, d’autres moins…

Dans l’Eglise, certaines personnes sont importantes ; elles prennent part activement à la vie matérielle, spirituelle ; elles ont été ou sont engagées au Conseil de l’Eglise, sont moniteurs, parlent au culte. Et il y a les autres, les personnes qu’on n’entend pas souvent, qu’on ne remarque pas ; et pour certaines d’entre elles, leur place dans l’Eglise est comme celle qu’on peut occuper au culte : au fond. Mais n’imaginez pas que je le dis pour critiquer…

Dimanche dernier, nous avons parlé de l’engagement du chrétien dans l’église. Aujourd’hui nous allons nous arrêter sur les membres de ce corps qui paraissent bien discrets. A ce sujet, l’apôtre Paul écrit : « Les parties du corps qui paraissent insignifiantes… sont particulièrement nécessaires » (1 Corinthiens 12v22).

Continuer la lecture…

Une église qui porte du fruit (Actes 2v37-3v11)

Une église qui porte des fruits

Nos motivations en participant à la vie de l’église locale sont différentes : nous pouvons avoir envie de découvrir quelque chose qui nous manque ; nous venons pour consommer, recevoir une nourriture et nous faire du bien (dans ce cas, la vie dans l’église se résume au culte ; « et ce matin, y’a pas grand’ chose à se mettre sous la dent… ») ; ou encore, nous y vivons un engagement plus grand, par une participation concrète, par la parole, par notre don, par la prière.

Où que nous en soyons, allons un peu plus profondément : avons-nous le désir que l’église grandisse, progresse ? Si c’est le cas, alors cela signifie que nous ne vivons pas dans l’Eglise pour nous-mêmes seulement. Mais même pour ce but, on peut désirer voir l’Eglise grandir… pour que les difficultés financières soient résolues, ou  qlou’il y ait des jeunes et des jeunes familles  afin que l’avenir de l’Eglise soit assuré, ou parce qu’on aime quand il y a du monde. Mais là encore, les motivations sont centrées sur nous-mêmes… Il est possible de vivre avec d’autres motivations, à savoir pour que d’autres personnes découvrent une vie épanouie avec Dieu et que l’Eglise s’affermisse.

Nous trouvons dans les chapitres 2 et 3 du livre des Actes des apôtres une Eglise qui progresse, parce que Dieu agit. Mais en même temps, Luc montre que cette progression est liée à ce que ces chrétiens vivaient ensemble. Plusieurs principes vécus permettent à Dieu d’agir et à l’Eglise de porter des fruits. Nous allons nous y arrêter en nous rappelant que Dieu donne là un cadre qui lui permet d’agir.

Continuer la lecture…

Livre des proverbes – Les choses prévisibles et… inévitables ?

Les choses prévisibles et… inévitables ?

La catastrophe du cyclone Irma était annoncée plusieurs jours à l’avance : les météorologues avaient prévu, selon leurs connaissances, ce qui allait se produire. Dans l’ensemble, c’est ce qui s’est passé. Cette catastrophe était prévisible : un ensemble de facteurs météorologiques la rendait inévitable. Le nom de ce cyclone rappelait celui d’une célèbre voyante qui était réputée pour prédire l’avenir (et comme, pour beaucoup de ces astrologues, la peur crée ce qu’elle craint, les prévisions s’accomplissaient; mais là, ce n’est pas de la science mais de la voyance).

Ce qui était considéré il y a quelques décennies comme un jugement de Dieu est aujourd’hui expliqué : c’est un évènement naturel ; et même si l’être humain – à cause du réchauffement climatique – n’est pas étranger à cette détérioration du temps, c’est inévitable que l’on va connaître de plus en plus ces catastrophes. C’est prévu.

Cela va nous permettre d’aller plus loin (et plus près en même temps, c’est-à-dire de parler de notre vie personnelle) et de voir qu’il y a des éléments prévisibles et inévitables ; inévitables ? Nous nous poserons la question à la fin de notre réflexion qui se focalisera surtout sur le livre des Proverbes.

Continuer la lecture…

les premiers, les derniers … dans quel ordre ? Matthieu 19-20

les derniers seront les premiers

Beaucoup de phrases du langage courant sont empruntées à la Bible ; même sans que les gens le sachent. Style : vous êtes dans une file d’attente et vous devez vous absenter ; le résultat : vous vous retrouvez à la fin de la queue. Et quelqu’un alors, le sourire en coin, dira : « Les premiers seront les derniers ! ».

Cette phrase de Jésus (citée 3 fois dans Matthieu 19v30, 20v16, 20v37) est étonnante. Il est dans la mentalité orientale de cultiver le mystère. Mais au-delà du style, cette phrase contient des vérités ; capitales même, pour la vie sur terre et dans le ciel. Elle mérite quelques explications… Continuer la lecture…

Le baptême chrétien par immersion : un symbole ?

Le symbole du baptême chrétien par immersion

Notre société – très terre à terre par ailleurs – est pleine de symboles : nous en portons sur nous, à commencer par une croix ou une alliance ; notre identité est peut-être même liée à un sigle en forme de grande virgule sur des baskets ou à une marque de voiture. Sur le plan spirituel, nous avons aussi des symboles : ils révèlent une autre réalité que le symbole. Le baptême est un symbole ; mais quelle valeur a ce signe de l’eau ?

Nous allons nous arrêter surtout sur le sens que Dieu nous donne au baptême dans sa Parole – la Bible ; parce que c’est bien là que nous pouvons mieux comprendre ce que Dieu a voulu nous laisser comme vérité, à vivre. Nous nous arrêterons sur les sens du mot symbole que nous avons trouvé avoir un lien direct avec le baptême. Continuer la lecture…

Esaïe 32v18 : « Une oasis de paix » – Nevé Shalom – Wahat al-Salam

oasis de paix - Neve Shalom

« Nevé Shalom » : c’est le nom d’un village entre Jérusalem et Tel-Aviv (à 70km, au nord-ouest) ; il a été créé en 1970 et regroupe actuellement 50 familles. Sa particularité est que juifs et arabes cohabitent avec le désir de montrer qu’il est possible de vivre ensemble dans la paix. Le nom a été repris d’Esaïe 32v18 (il peut être traduit par « domaine, séjour, oasis »). Oasis : est-ce masculin ou féminin ? Les 2 (même si c’est le féminin qui est le plus souvent employé) : cela parle déjà de tolérance !

On rêve de connaître une oasis dans ces temps de chaleur, peut-être même de désert, une oasis de paix ; entre juifs et arabes, entre peuples qui connaissent la guerre, mais aussi au sein de nos familles,… et de nous-mêmes. Ah… que c’est bon de trouver et de rester dans une oasis au lieu d’errer dans le désert. Oasis, oasis…

Continuer la lecture…

Les raisons des échecs du roi Salomon dans la Bible ?

Quelles leçons tirer des échecs du roi Salomon ?

Ce matin, nous allons essayer de voir à travers l’exemple du roi Salomon, roi d’Israël dans la Bible, les raisons des revers ou échecs que nous pouvons connaître. En effet, les résultats des examens sont « tombés » récemment ; certaines chutes sont heureuses, d’autres moins… D’une manière générale, les échecs sont douloureux. Certains sont secondaires, d’autres catastrophiques ; mais ce ne sont pas toujours les plus graves qui sont les plus difficiles à digérer.

Ce qui est bien souvent très dommage, c’est que nous ne savons pas nous souvenir des leçons de nos échecs ; j’appellerai cela le syndrome d’Abraham qui est retombé dans les mêmes travers (le mensonge), malgré les conséquences de la première faute ; et il y a eu ensuite le syndrome d’Isaac qui est retombé dans les mêmes fautes que son père. Les échecs se répètent, malgré les avertissements de Dieu et malgré les expériences. Terrible échec…

Mais pouvons-nous être plus optimistes que Churchill qui disait : « Nous ne referons plus les mêmes erreurs ; nous en ferons d’autres » ? J’en doute, parce que, trop facilement, nous retombons dans les mêmes ornières.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil et les raisons des échecs d’il y a 4000 ans ou 10 ans sont les mêmes hier ou aujourd’hui. Sans tirer des conclusions systématiques, les raisons des échecs du roi Salomon peuvent être celles d’aujourd’hui, même peut-être… les nôtres.

Continuer la lecture…

L’église : les frères et soeurs de Jésus, la famille de Dieu

frères et soeurs dans l'église

Si nous disons que l’église est le peuple de Dieu, son corps, sa famille, comment réagissons-nous ? Est-ce important pour nous ? La notion de « peuple de frères et soeurs en Christ » revêt-elle une importance à nos yeux ? Comment cela se concrétise-t-il dans nos relations ?

Cette expression fraternelle est devenue banale, comme tant d’autres, et fait perdre son sens profond, si bien que la réalité est devenue, elle aussi, banale. Nos relations risquent fort de l’être aussi. J’espère que le retour sur ce que la Bible dit au sujet de la fraternité nous permettra de redécouvrir et de vivre une dimension si riche et si enrichissante pour nous.

Continuer la lecture…

Qu’est-ce que le péché ? Ne pas avoir confiance en Dieu (Jean 16v9)

Le péché - Ne pas avoir confiance en Dieu

Nous allons parler d’un mot qui n’est pas du tout à la mode ; il est même éjecté de notre vocabulaire, relégué aux oubliettes. Il faut dire que nous sommes dirigés par la pensée de la tolérance qui signifie qu’il est interdit d’interdire ; à chacun sa vérité, à chacun sa perception, à chacun sa définition de ce qui est bien et de ce qui est mal. Quel mal y a-t-il à se faire du bien ? L’important, c’est moi, c’est ce que j’ai envie de vivre, et toi, fais de même ; je ne te l’interdis pas, sauf quand tu vas, par tes choix, m’empêcher de faire ce qui me plaît… Voilà le mode de fonctionnement de notre société. Ah oui, ce mot, c’est « le péché ». Mais qu’est-ce que le péché ?

Continuer la lecture…