1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Genese 6v8-22 : Le début … la fin. Comment faire un bilan spirituel ?

Faire un bilan spirituel de fin d'année

On demandait un jour à un enfant de lire à haute voix le 1° verset de la Bible : « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre » et on lui demanda ensuite : « Au commencement de quoi ? » Et l’enfant de répondre fort justement : « au commencement de tout, excepté de Dieu ! ». Quelle bonne réponse pleine de foi et quelle leçon utile pour moi, et peut-être pour toi aussi. Dieu est au commencement de tout ! Et à l’heure de faire un bilan spirituel annuel, il est bon de s’en souvenir.

Dans 2 Timothée 3v1 il est écrit : «Sache que dans les derniers jours il y aura des temps difficiles ». Et pour illustrer ces diverses situations que nous allons forcément traverser au long de cette nouvelle année, je veux parler de l’avant et de l’après, du début et de la fin.

L’exemple de Noé me paraît être assez explicite pour que nous nous arrêtions quelques instants sur les divers temps forts de la vie de cet homme dont l’épître aux Hébreux nous parle en ces termes : « C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle (l’arche) qu’il condamna le monde et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi ». (Hébreux 11v7)

Lecture : Genèse 6v8-22

1. Noé – la construction de l’arche et le déluge

On connaît peu de choses de la vie de cet homme qui vivait entouré de sa famille au milieu d’une population qui s’était fortement éloignée de Dieu alors que lui « marchait » avec Dieu (Genèse 6v9). Ce qui voulait dire qu’il craignait Dieu et voulait Lui obéir et Le servir. Il avait donc une certaine connaissance de Dieu, ou plus précisément, une connaissance certaine de l’œuvre créatrice et de la sainteté de Dieu. Seuls deux hommes de cette époque antédiluvienne (avant le déluge) ont été annoncés par Dieu comme étant justes et intègres et marchant avec Lui : il s’agit d’Hénoc et de Noé. C’est peu, n’est ce pas, en tout cas pour ce qui nous est révélé par la Bible !

Autre caractéristique de cet homme de foi c’est qu’il exécuta « TOUT ce que Dieu lui avait ordonné » (Genèse 6v22 et 7v5).
Je ne réalise pas bien ce que signifie ce « TOUT », mais je comprends seulement qu’il s’agit vraiment d’un engagement total et complet, d’une obéissance sans faille de sa part. Cela n’a pas dû être évident pour Noé, le mot est faible, de faire savoir tout d’un coup à ses voisins, à ses amis, qu’il avait reçu un ordre de Dieu lui demandant de construire un bateau de taille impressionnante… si loin d’un port !! Nous imaginons volontiers les remarques et quolibets plus ou moins ironiques, plus ou moins grossiers parfois, du style : « Mais mon pauvre Noé tu es complètement fou, tu as cru entendre la voix de Dieu, mais tu avais peut être un peu bu (ou fumé de l’herbe dirait on aujourd’hui)… tu as fait un mauvais rêve, réveille toi ! ». On imagine bien dans quelle atmosphère il a commencé la construction sous le regard moqueur des personnes qui ne manquaient pas de venir visiter le chantier.

Si la presse et les médias avaient existé à cette époque on imagine bien les titres : « Un certain Noé a commencé la construction d’un navire (une arche) en plein coteau : nous mènerait il en bateau ? »

On réalise qu’un tel projet, construire un navire de 150 m de long, 25 m de large et haut de 15 m……, et sur 3 étages…sans assistance informatique (!), sans logiciel de CAO, sans grue, sans une main d’œuvre qualifiée et nombreuse, n’a pas été simple. Et pourtant Noé a poursuivi les travaux pendant des mois et des mois jusqu’à la réalisation complète et parfaite du plan de Dieu.

Puis après avoir fait entrer dans le navire un couple de chaque animal de la création, et après avoir mis toute sa famille à l’abri du jugement à venir, Dieu lui-même ferme la porte de l’arche (Genèse 7v16) : en effet il n’y avait pas à cette époque de possibilité d’ouvrir ou de fermer à distance à l’aide d’une télécommande !! N’est ce pas extraordinaire de constater que même dans ce détail, Dieu est souverain et Il prend soin de Noé, de sa famille, et de tous les animaux en les plaçant en quelque sorte sous sa divine protection puisqu’Il se porte garant de la suite des événements.

Vous avez peut être entendu parler, ou vu une fois ou l’autre, l’émission « Voyage en terre inconnue » : ici pour Noé et les siens, c’était bien plus que cela, c’était découvrir une nouvelle terre, recommencer à ZERO …….et ne pouvoir compter que sur Dieu !!! Et comme disent les jeunes aujourd’hui :

Respect Monsieur Noé !!

Lorsque après une année passée dans le navire, les eaux baissent enfin, Noé et les siens, retrouvent la terre ferme : quelles sont les premières préoccupations de Noé ? Etablir un calendrier des semailles, construire une maison pour sa famille, ou bien explorer le territoire autour de lui ? Non, rien de cela, Noé bâtit un autel à l’Éternel (Genèse 8v20-22), il offrit des holocaustes à l’Éternel pour L’honorer, Lui rendre grâce, et Le remercier pour Sa protection.

2. Quel sera notre projet, notre construction, pour l’année à venir ?

Avant de construire (un nouveau bâtiment comme pour notre église), il nous est demandé de faire le bilan : bilan de notre engagement, bilan de nos forces, bilan de nos finances, etc … Et je ne parle pas du bilan comptable auquel sont tenus les chefs d’entreprise : il faut en effet « boucler les comptes », terme utilisé par les comptables. Cela signifie qu’il faut répertorier, au 31 décembre (si l’exercice correspond à l’année civile) toutes les richesses et toutes les dettes de l’entreprise pour établir le bilan, bilan qui va refléter soit la bonne santé soit les difficultés de l’entreprise.

Qu’en est il du bilan spirituel de l’année écoulée dans notre marche avec le Seigneur ?

Est il, non pas positif ou négatif , car notre Dieu ne raisonne pas en termes comptables (et heureusement), mais a t il concouru à la gloire de Dieu ? Rappelons nous la parabole des talents : ce n’est pas la quantité d’argent, ou de dons, qui est importante, mais l’engagement, l’obéissance et la manière dont nous les aurons fait fructifier.

Une fin d’année est aussi l’occasion d’un bilan plus général

Nous pouvons faire le bilan annuel des joies et des difficultés, des bénédictions et des épreuves, des naissances et des départs pour la patrie céleste, de la santé et de la maladie…..de notre engagement ou de notre éloignement du Seigneur et de notre communauté ecclésiale. Un regard en arrière sur l’année en quelque sorte.

Peut être pensez vous que le Seigneur lui-même a pourtant déclaré qu’il n’était pas bon, pour le laboureur, de se retourner sur son travail, car alors il n’est pas propre au royaume de Dieu (Luc 9v62) ? Juste un petit commentaire pour vous dire comment je comprends ce passage :

  • Soit on se retourne comme la femme de Lot……..pour regretter et se plaindre (elle regrettait sa vie passée à Sodome, dans cette société aux mœurs ô combien dépravées)
  • Soit on se retourne pour considérer les bénédictions de Dieu : Exode 12v14 (vous conserverez le souvenir de ce jour [la 1° Pâques]), 2 Timothée 1.5 : « …gardant le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice

Aussi me semble t il, il est bon de se retourner, pour un temps, sur l’année qui vient de s’achever pour peut être se poser la question de savoir si j’ai bien bien exécuté TOUT ce que Dieu m’avait ordonné ?

Noé l’avait fait. Je n’ai pas besoin de vous dire que j’ai bien souvent attristé le Seigneur, mais si je peux continuer ma marche, et toi également, c’est parce que Jésus a payé le prix pour tous nos manquements, pour notre péché.

Et cette marche va nous conduire vers quels objectifs en cette nouvelle année ?

Allons nous nous engager et nous impliquer davantage dans telle ou telle activité de l’Eglise ? Ou bien allons nous apporter nos connaissances et nos dons dans une œuvre qui va glorifier le Seigneur ? Ou bien allons nous prendre à cœur, et à charge, un enfant déshérité ? Savez vous qu’il y a une œuvre qui s’occupe d’orphelins à Bamako (Mali), savez vous que le SEL propose des parrainages , savez que d’autres œuvres sont aussi engagées dans cette mission ?

Récemment, et même si nous connaissions le parrainage d’enfants par le SEL, j’ai été vivement touché par la lecture de deux livres qui se trouvent à la bibliothèque et que je vous recommande : il s’agit de « Trop petits pour être oubliés » de Wess Stafford et de « Les femmes et les enfants d’abord » d’Evelyne Maire.

Lisez les….et vous en sortirez avec un regard nouveau sur la mission que nous avons à accomplir auprès des enfants : les nôtres en premier lieu, ceux de l’Eglise (en les remettant au Seigneur dans la prière), et tous ces enfants des rues, orphelins ou pas mais qui ont tellement besoins de Jésus dans leur vie. Ces 2 bouquins nous disent et redisent notamment qu’il est plus facile de faire connaître Jésus à un enfant qu’à un adulte, alors pourquoi ne pas s’engager dans ce beau et merveilleux partage avec un enfant que vous accompagnerez pendant quelques années ?

3. Pour l’année à venir, plaçons notre foi dans le Christ ressuscité

De quoi sera fait l’année à venir ? Avons nous peur des conséquences de la pollution avec son corollaire du dérèglement climatique ? Avons nous peur de nouveaux attentats, en France ou ailleurs dans le monde ? Avons nous peur de perdre nos forces, de perdre la santé ?

Bien des questions en effet qui nous rappellent que si nous ne plaçons pas notre foi dans le Christ ressuscité nous serons inévitablement plongés dans l’angoisse. Mais si, comme Noé, nous acceptons de TOUT remettre entre les mains de Dieu, alors l’arche nouvelle, la croix, que Dieu a dressée à Golgotha sera la voie qui nous permet, qui nous permettra, d’être au bénéfice de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ.

Le 24/12/2007 un des invités de l’émission « C’ dans l’air » (sur Arte) dont le thème était « Noël 2007 … Noël après », un spécialiste de l’islam, a dit quelque chose qui a retenu mon attention, voici ses propos : « Dieu est venu, Il a donné Son fils pour les hommes, alors …. que pouvaient bien proposer les autres religions (islam, bouddhisme …) car il n’y a rien de plus grand pour Dieu que de donner Son propre fils » : c’est VRAI.

Il n’est pas dit que l’arche de Noé était doté d’une ancre, accessoire qui me paraît superflu car c’est Dieu qui assurait la navigation. Néanmoins dans notre vie de tous les jours nous avons besoin d’être « ancré » en Christ et «cette espérance nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide.» Hebreux 6v19

Un pasteur stagiaire, terminait son témoignage de la découverte de Jésus par ces mots : « Ma vie sans Jésus avait une fin sans espérance, mais aujourd’hui, avec lui, elle a une espérance sans fin »

Au commencement de cette année, que Dieu soit au commencement de tous nos projets.

Jean L.

Prédication du 18 janvier 2015

Pour approfondir le sujet :

Faites passer le message ...Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Pin on Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *