1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Daniel 3 – Comment surmonter les épreuves ?

Comment surmonter les épreuves ?

Nous avons connu cette semaine passée un coup de chaleur difficile à supporter. La Bible parle de plusieurs hommes (Chadrac, Méchak et Abed-Nego) qui ont connu l’épreuve de la chaleur, qu’elle soit réelle ou symbolique (ou les 2 en même temps). Mais en disant : « Ils ont chaud ! », cela montre qu’ils s’en sont sortis pour surmonter les épreuves. Mais d’autres ont mal supporté cette situation de chaleur ; et les conclusions sont soit tristes soit dramatiques (à l’exemple de Jonas).

Lecture : Daniel 3 – Chadrac, Méchak et Abed-Nego

Surmonter les épreuves (de la chaleur) : les 3 amis de Daniel

Les 3 compagnons de Daniel ont connu la fournaise chauffée à blanc. Mais les circonstances étaient déjà auparavant plus que chaudes : la menace terrifiante était contre ceux qui n’adoreraient pas la statue (haute de 30 m) ; elle représentait le roi Nébucanetsar. La condamnation à mort tomberait sur celui qui ne se prosternerait pas devant elle et il serait jeté dans une fournaise terrifiante.

Tous ont plié les genoux, en signe de soumission. Tous ?

Non : 3 hommes ont osé défier l’ordre du tyran !

Dans bien des pays (et même en France sous certains aspects), résister aux tendances ambiantes est très éprouvant. La pression peut devenir très difficile à gérer ; que ce soit au travail, ou face au laxisme dans des situations sentimentales ou familiales, ou face à des évolutions théologiques ou éthiques dans l’Eglise. Il est éprouvant de rester debout sans renier ses convictions.

Pierre écrit, dans sa première lettre, à des chrétiens qui vivent dans une société qui rejette Dieu : « Mes chers amis, vous avez été plongés dans la fournaise de l’épreuve. N’en soyez pas surpris comme s’il vous arrivait quelque chose d’anormal (…). Si c’est comme ‘chrétien’ qu’il souffre, qu’il n’en éprouve aucune honte » (1 Pierre 4v12, 16) : la conséquence « normale » pour les chrétiens est alors le rejet et l’injustice de la part de ceux qui ne se soumettent pas à Dieu.

Pierre reprend l’image de la fournaise dans laquelle les chrétiens sont jetés. Pierre ne parle pas de l’origine de cette fournaise (comme s’il fallait lutter contre) mais il s’arrête sur les conséquences, et cela pour que le chrétien sache où faire attention.

Il montre quel est le but de cette fournaise : d’une part, éprouver et faire tomber ; et aussi, culpabiliser, provoquer la honte, style : « Vous n’avez pas honte de vous opposer à l’avortement pour un enfant handicapé !? Et d’être contre l’amour pour tous, en n’acceptant pas que certains aient une autre orientation sexuelle que celle que vous défendez ? Et de prôner la fidélité dans le mariage alors qu’une nouvelle relation permettrait une nouvelle vie !? »

La fournaise de l’épreuve est une conséquence normale de la fidélité à la Parole de Dieu. Il faut juste faire attention de ne pas se complaire dans cette attitude d’opposition, sans demander à Dieu la sagesse et l’amour pour témoigner.

Comment surmonter l’épreuve ?

Je remarque l’importance d’être unis – de l’unité : de nombreuses fois les 3 amis sont cités les uns à côté des autres ; on les sent soudés. « Dieu nous lie à toujours par une chaîne d’amour ; et chacun des maillons dans l’épreuve tiendra bon ». Pierre s’adresse aux chrétiens qui sont ensemble et cela fortifie ; une brindille seule peut être cassée facilement, mais il est beaucoup plus difficile de briser un paquet de brindilles liées ensemble.

Le peuple hébreu avait connu la fournaise en Egypte ; Dieu dit à ce sujet : « Je les ai fait sortir d’Egypte, de la fournaise de fer et je leur ai dit : ‘Ecoutez-moi et faites tout ce que je vous ordonnerai, et vous serez mon peuple et moi je serai votre Dieu’ » (Jérémie 11v4). Ecouter Dieu et lui obéir demande un engagement personnel, y compris dans la fournaise.

La confiance en Dieu est source de protection de sa part ; par Jérémie, Dieu parle des conséquences de la confiance en lui : « Béni soit celui qui place sa confiance en l’Eternel. Il sera comme un arbre planté près d’un courant d’eau ; il ne redoute rien lorsque vient la chaleur » (Jé 17v7-8).  Compter sur Dieu, s’en remettre à lui, tout est là.

Face à ses ennemis, Israël a pu constater que Dieu est celui qui intervient. « Eternel, tu es mon Dieu, je te glorifierai et je louerai ton nom car tu as accompli des projets merveilleux (…). Car tu es un refuge pour celui qui est pauvre, une forteresse pour l’indigent dans sa détresse. Tu es un sûr abri contre la pluie d’orage et tu es notre ombrage au temps de la chaleur » (Esaïe 25v1, 4). Les circonstances éprouvantes ne sont pas supprimées mais c’est là que Dieu est  un abri, une forteresse, un ombrage contre la chaleur. Dieu permet de ne pas être écrasé par ces épreuves.

Et pour revenir à la fournaise dans laquelle ont été jetés Chadrac, Méchak et Abed-Nego, cela semble trop tard pour ne pas être leur fin : la fournaise va les emporter ! Mais c’est au sein de la fournaise qu’il se passe un évènement extraordinaire : le roi ne voit pas 3 hommes en train de mourir mais 4 qui marchent librement au milieu de cette fournaise ! « Et le quatrième a l’aspect d’un fils des dieux ! » (Daniel 3v25).

Avant d’être délivrés de cette épreuve terrible, les voilà qui sont libres dans la fournaise.

Dieu est capable de nous permettre de rester debout malgré les difficultés que nous traversons. Cela parle du miracle de son intervention pour nous. Mais cela est lié à la présence de Dieu au sein même des épreuves.

Jésus avait dit à ses disciples avant de mourir : « Dans le monde, vous aurez à souffrir bien des afflictions » (Jean 14v33). Mais ses dernières paroles parlaient de cette même solution : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde  » (Matthieu 28v20).

Retrouvez ici, l’exemple de Jonas face à Ninive, qui lui a très mal supporté la chaleur.

Terminons sur la dimension d’éternité

Parce que le regard du chrétien est porté vers la vie éternelle, son espérance est liée à la vie dans le ciel. La perspective est tellement encourageante : « Ceux qui viennent de la grande détresse (…) ne connaîtront plus ni la faim, ni la soif ; ils ne souffriront plus des ardeurs du soleil, ni d’aucune chaleur brûlante. Car l’Agneau qui est au milieu du trône prendra soin d’eux comme un berger » (Apocalypse 7v14-17).

A l’opposé, Jésus parle de l’éternité loin de sa présence, c’est-à-dire l’enfer : à la fin du monde, « le Fils de l’homme enverra ses anges et ils élimineront de son royaume tous ceux qui incitent les autres à pécher et ceux qui font le mal. Ils les précipiteront dans la fournaise ardente où il y aura des pleurs et d’amers regrets » (Matthieu 13v40-42).

Ce sont des images qui sont là pour essayer de nous faire prendre conscience de ce que sera l’enfer. Cette perspective est insupportable, tellement elle a des conséquences dramatiques. Mais la Bible nous en parle comme la réalité.

 

Ce qui change tout, pour faire face à l’épreuve et la surmonter, qu’elle soit terrestre ou éternelle, c’est la confiance Dieu qui peut nous protéger ainsi que l’assurance de sa présence. Ça change vraiment tout.

Jean Ruben

Pour approfondir le sujet :

Faites passer le message ...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

Un commentaire sur “Daniel 3 – Comment surmonter les épreuves ?”

  1. Patrice yehe dit :

    Que le Seigneur dans sa miséricorde nous assiste et nous garde
    Restons benie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *