1874, Avenue du Général Leclerc 47000 AGEN
05 53 96 84 32 eem.agen@umc-europe.org

Livre des proverbes – Les choses prévisibles et… inévitables ?

Les choses prévisibles et… inévitables ?

La catastrophe du cyclone Irma était annoncée plusieurs jours à l’avance : les météorologues avaient prévu, selon leurs connaissances, ce qui allait se produire. Dans l’ensemble, c’est ce qui s’est passé. Cette catastrophe était prévisible : un ensemble de facteurs météorologiques la rendait inévitable. Le nom de ce cyclone rappelait celui d’une célèbre voyante qui était réputée pour prédire l’avenir (et comme, pour beaucoup de ces astrologues, la peur crée ce qu’elle craint, les prévisions s’accomplissaient; mais là, ce n’est pas de la science mais de la voyance).

Ce qui était considéré il y a quelques décennies comme un jugement de Dieu est aujourd’hui expliqué : c’est un évènement naturel ; et même si l’être humain – à cause du réchauffement climatique – n’est pas étranger à cette détérioration du temps, c’est inévitable que l’on va connaître de plus en plus ces catastrophes. C’est prévu.

Cela va nous permettre d’aller plus loin (et plus près en même temps, c’est-à-dire de parler de notre vie personnelle) et de voir qu’il y a des éléments prévisibles et inévitables ; inévitables ? Nous nous poserons la question à la fin de notre réflexion qui se focalisera surtout sur le livre des Proverbes.

Continuer la lecture…

les premiers, les derniers … dans quel ordre ? Matthieu 19-20

les derniers seront les premiers

Beaucoup de phrases du langage courant sont empruntées à la Bible ; même sans que les gens le sachent. Style : vous êtes dans une file d’attente et vous devez vous absenter ; le résultat : vous vous retrouvez à la fin de la queue. Et quelqu’un alors, le sourire en coin, dira : « Les premiers seront les derniers ! ».

Cette phrase de Jésus (citée 3 fois dans Matthieu 19v30, 20v16, 20v37) est étonnante. Il est dans la mentalité orientale de cultiver le mystère. Mais au-delà du style, cette phrase contient des vérités ; capitales même, pour la vie sur terre et dans le ciel. Continuer la lecture…

Le baptême chrétien par immersion : un symbole ?

Le symbole du baptême chrétien par immersion

Notre société – très terre à terre par ailleurs – est pleine de symboles : nous en portons sur nous, à commencer par une croix ou une alliance ; notre identité est peut-être même liée à un sigle en forme de grande virgule sur des baskets ou à une marque de voiture. Sur le plan spirituel, nous avons aussi des symboles : ils révèlent une autre réalité que le symbole. Le baptême en est un ; mais quelle valeur a ce signe ?

Nous allons nous arrêter surtout sur le sens que Dieu nous donne dans sa Parole – la Bible ; parce que c’est bien là que nous pouvons mieux comprendre ce que Dieu a voulu nous laisser comme vérité, à vivre. Nous nous arrêterons sur les sens du mot symbole que nous avons trouvé avoir un lien direct avec le baptême. Continuer la lecture…

Esaïe 32v18 : « Une oasis de paix » – Nevé Shalom – Wahat al-Salam

oasis de paix - Neve Shalom

« Nevé Shalom » : c’est le nom d’un village entre Jérusalem et Tel-Aviv (à 70km, au nord-ouest) ; il a été créé en 1970 et regroupe actuellement 50 familles. Sa particularité est que juifs et arabes cohabitent avec le désir de montrer qu’il est possible de vivre ensemble dans la paix. Le nom a été repris d’Esaïe 32v18 (il peut être traduit par « domaine, séjour, oasis »). Oasis : est-ce masculin ou féminin ? Les 2 (même si c’est le féminin qui est le plus souvent employé) : cela parle déjà de tolérance !

On rêve de connaître une oasis dans ces temps de chaleur, peut-être même de désert, une oasis de paix ; entre juifs et arabes, entre peuples qui connaissent la guerre, mais aussi au sein de nos familles,… et de nous-mêmes. Ah… que c’est bon de trouver et de rester dans une oasis au lieu d’errer dans le désert. Oasis, oasis…

Continuer la lecture…

L’église : les frères et soeurs de Jésus, la famille de Dieu

frères et soeurs dans l'église

Si nous disons que l’église est le peuple de Dieu, son corps, sa famille, comment réagissons-nous ? Est-ce important pour nous ? La notion de « frères et soeurs en Christ » revêt-elle une importance à nos yeux ? Comment cela se concrétise-t-il dans nos relations ?

Cette expression fraternelle est devenue banale, comme tant d’autres, et fait perdre son sens profond, si bien que la réalité est devenue, elle aussi, banale. Nos relations risquent fort de l’être aussi. J’espère que le retour sur ce que la Bible dit au sujet de la fraternité nous permettra de redécouvrir et de vivre une dimension si riche et si enrichissante pour nous.

Continuer la lecture…

Qu’est-ce que le péché ? Ne pas avoir confiance en Dieu (Jean 16v9)

Le péché - Ne pas avoir confiance en Dieu

Nous allons parler d’un mot qui n’est pas du tout à la mode ; il est même éjecté de notre vocabulaire, relégué aux oubliettes. Il faut dire que nous sommes dirigés par la pensée de la tolérance qui signifie qu’il est interdit d’interdire ; à chacun sa vérité, à chacun sa perception, à chacun sa définition de ce qui est bien et de ce qui est mal. Quel mal y a-t-il à se faire du bien ? L’important, c’est moi, c’est ce que j’ai envie de vivre, et toi, fais de même ; je ne te l’interdis pas, sauf quand tu vas, par tes choix, m’empêcher de faire ce qui me plaît… Voilà le mode de fonctionnement de notre société. Ah oui, ce mot, c’est « le péché ». Mais qu’est-ce que le péché ?

Continuer la lecture…

De Babel à la Pentecôte : Dieu intervient !

De Babel à la Pentecôte : Dieu intervient !

Cela s’est passé il y a 1980 ans : les pèlerins étaient réunis à Jérusalem pour la deuxième fête de l’année juive, la fête des récoltes. Et là, à ce moment, ils entendent tout à coup parler dans leurs langues, eux ces étrangers venus à Jérusalem. Signe de la venue de l’Esprit de Dieu (à Pentecôte). Tandis que quelques milliers d’années auparavant, à Babylone, les hommes étaient aussi réunis. Et tout à coup, ils se mettent à parler de nombreuses langues différentes (à Babel). A partir de ce moment, ils se sont trouvés étrangers les uns des autres.

Lecture : Genèse 11v1-9 et Actes des Apôtres 2v1-13.

Voilà deux histoires dont les parallèles sont évidents, mais aussi dont les effets s’opposent. Deux histoires qui ne sont pas étrangères à notre situation actuelle.

Continuer la lecture…

Juges 4-5 : La victoire de Dieu, malgré tout et malgré nous … 

La victoire de Dieu éclate malgré nous, comme le soleil perçant les nuages noir

Dans ces textes de Juges 4-5, l’histoire de Débora et des tribus qui, soit sont restées chez elles, soit se sont engagées à ses côtés, va nous parler en fin de compte de la manière dont Dieu veut nous faire connaître la victoire. Alors, malgré les craintes que nous pouvons avoir pour notre avenir, pour nous personnellement ou pour notre famille, pour notre Eglise ou notre pays, j’espère que nous nous arrêterons sur cette dernière réalité, la victoire de Dieu dans nos situation malgré tout…

Continuer la lecture…

Pâques : « Echec et mat ! »

A Pâques, Jésus scelle sa victoire sur le diable. Satan est échec-et-mat !

« Echec et mat ! » : au jeu des échecs, c’est une phrase terrible ! Cette expression vient du persan : « shah mat ». Cela signifie que « le roi est vaincu, paralysé, impuissant ». Et quand le roi est vaincu, son armée a perdu le combat ; même si elle est intacte.

La vie est un jeu d’échecs ; l’histoire du monde est un jeu d’échec, où les hommes font des stratégies pour éliminer les forces de leurs adversaires et des épreuves. Et on entend partout (et ce n’est pas seulement en période électorale…) : « Echec et mat », parce qu’on se croit supérieur, maître de tout et qu’on fait semblant d’être victorieux.

Mais c’est il y a 1980 ans que la partie a été la plus acharnée, la plus extrême dans sa stratégie, mais aussi la plus éclatante dans sa victoire : Pâque, où Christ est mort et ressuscité ! Mais impossible de ne pas revenir à ce moment où Dieu était, semble-t-il, mis en échec et où Satan a pu penser : « Echec et mat », « le Roi est vaincu ! ».

Continuer la lecture…

Colossiens 3v13 : Le pardon dans la Bible; à quel prix ?

Le pardon dans la Bible - A quel prix ?

Le pardon est certainement le plus beau geste, le don qui transforme ; pourtant, c’est ce qui manque peut-être le plus à une société malade, autant au niveau spirituel (avec Dieu) que relationnel (avec les autres). A quel prix est accordé le pardon dans la Bible ? Paul dans l’épitre aux colossiens affirme : « Comme Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi » (Colossiens 3v13).

On peut simplifier le pardon, et donc le dénaturer ; un peu comme la croyance qui est facilement assimilée à la vraie foi. Par exemple, on apprend à nos enfants à dire le mot magique (« Pardon ») pour penser que le problème est réglé et, ouf…, ils ont évité la punition ; l’enfant peut très bien se servir de quelques mots de regret comme chantage pour que ses parents le laissent tranquille… Et il grandira et agira devant Dieu comme envers les hommes : la superficialité de son regret le conduira à vivre plus difficilement une vraie repentance.

Pas facile non plus d’être sûr que quelqu’un est rétabli dans sa relation avec Dieu parce qu’il a prié en demandant pardon à Dieu. Pour tout cela, l’importance est dans la profondeur de l’attitude intérieure.  A quel prix donc est accordé le pardon dans la Bible ?

Continuer la lecture…